Le psychologue et YouTube par Emilia Prochownik

#

Lorsque j’ai commencé à travailler, fraîchement sortie de l’université avec mon diplôme de psychologue sous le bras, dès le premier jour on m’a appelée la «spécialiste». J’étais sensée donner des conseils, on m’interrogeait sur ce qui était le mieux pour l’enfant que je recevais et on exigeait des réponses. Ma compréhension de ce que veut dire « être un psychologue » orienté par la psychanalyse lacanienne, soit « celui qui ne sait pas » a été soumise à la rude épreuve de la demande. Cela  m’a incitée à réfléchir au concept actuel de « spécialiste » et « d’expert », c’est-à-dire des sujets diplômés supposés savoir contemporains – version instantanée.

C’est un exemple assez évident ; un psychologue au sein d’une institution est un intervenant de qui l’on exige des savoirs sur la souffrance humaine ; des savoirs acquis durant ses études, et donc sanctionnés par un diplôme. Sauf qu’il est facile de devenir confident et conseiller, et non seulement quand on est « spécialiste ». Je voudrais attirer l’attention sur une forme complètement nouvelle de transfert sauvage. Ce sont des vidéos postées par des youtubers qui fournissent des conseils rapides dans de nombreux domaines de la vie.

Tisser des liens basés sur un sentiment de compréhension et de sympathie avec la personne qui poste sa vidéo, consulter pour des questions privées, poser des questions relatives aux différents problèmes sociaux, interroger sur la vie privée d’une personne si elle ne se révèle pas suffisamment, demander de l’aide – voilà ce nous observons.

YouTube est une communauté étendue vers laquelle se tournent de nombreuses personnes qui vont y trouver les « dix meilleures manières de traiter leur stress ». Cela crée une nouvelle forme de communication pour des « experts » autoproclamés qui, en postant et en analysant les messages, rencontrent des personnes fragiles, parfois désespérées décidées de les écouter. YouTube constitue le terreau propice du transfert sauvage moderne qui répond à la demande contemporaine et disposé à interférer dans la relation entre l’analysant et son analyste.