Politique et signifiant quelconque, par Claudia Iddan

#

Selon le mathème de son discours, l’analyste occupe la place de l’agent, tout en installant le transfert. Est-ce que cette place peut fonctionner en tant qu’agent dans l’opinion publique, dans la cité ? Il me semble qu’il existe une certaine contradiction entre d’une part cette place d’agent et ses effets dans l’analyse au niveau du « un par un » et d’autre part les effets que cette place pourraient produire dans le public, c’est-à-dire au niveau d’un ensemble social. Ne serions-nous pas dans ce cas de simples citoyens ?

Dans le séminaire intitulé « Un effort de poésie », J.A. Miller nous dit que l’idée de Lacan « L’inconscient, c’est la politique » est équivalente à une autre formulation lacanienne : « le discours du maître, c’est le discours de l’inconscient »1, en d’autres mots, les deux formules mettent en relief l’existence de signifiants maîtres qui capturent le sujet. Si le champ de la politique « crée des communautés agglomérées par des identifications »2, est-ce qu’influencer un ensemble ne conduit-il pas à s’agglomérer soi-même sous une même identification ? Miller ajoute que l’un des facteurs de la politique c’est la peur, que ce soit en l’identifiant ou de la nommant. La politique utilise parfois la peur afin de massifier l’opinion publique autour d’une problématique présentée comme un « danger ». La fonction d’un citoyen-analyste pourrait peut-être consister à dévoiler ce phénomène et à le rendre lisible. Quelle serait donc sa position au sein de la cité ? Cela pourrait être comparé à la position du membre d’un cartel, qui se caractérise par « une identification au groupe » – expression de Lacan que l’on trouve dans le Séminaire RSI3 – tout en ne révélant pas le point d’identification auquel il se réfère dans ce groupe. Cependant, dans la mesure où il n’y a pas de hiérarchie dans un cartel et que tous les membres sont égaux, il ne s’agit plus d’une identification à un leader mais au trou central du savoir, à une cause commune. Il me semble que ce qui est plutôt en jeu dans un cartel, c’est la fonction du « plus un », « qui, s’il est quelconque, doit être quelqu’un », il maintient l’égalité par rapport à la cause. Cette fonction, dirais-je, est analogue à celle d’un « signifiant quelconque » selon le mathème du transfert, tel que Lacan nomme la place de l’analyste : être quelqu’un qui facilite la lecture des signifiants maîtres qui capturent la société.

  1. MILLER, J-A., « Un effort de poésie » (2002-2003), L’Orientation lacanienne iii, 5, enseignement prononcé dans le cadre du Département de psychanalyse de Paris viii, leçon du 26/03/2003, inédit
  2. Id., leçon du 19 mars 2003.
  3. LACAN, J., Le séminaire, livre XXII, « RSI », [1974-1975], leçon du 15 avril 1975, inédit.