Causation du sujet et transfert par Bernard Seynhaeve

#

Comment définir ce qu’est le transfert à la fin du séminaire sur Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse ?

Lacan articule son concept du transfert, d’une part, avec celui du sujet en tant que le transfert instaure le sujet-supposé-savoir, et d’autre part avec l’objet a, dans la mesure où il articule le transfert à l’amour, l’amour de transfert qui correspond à la fermeture de l’inconscient, en tant que « je n’en veux rien savoir… de mon inconscient ». Il faut par conséquent situer le paradoxe du transfert entre ces deux opposés : le sujet supposé savoir du transfert et le « je n’en veux rien savoir » de l’amour de transfert.

J.A. Miller a donné pour titre à ces derniers chapitres du Séminaire XI « Le champ de l’Autre, retour sur le transfert »1. À la fin de ce séminaire Lacan revient sur le transfert à la lumière de la causation du sujet, soit des opérations de l’Aliénation et de la Séparation.

L’enjeu de l’opération d’aliénation s’inscrit dans la production d’un sujet dans un mouvement qui s’adresse à l’Autre symbolique. Mais, Lacan fait ici un pas supplémentaire, il tente d’articuler deux ordres hétérogènes : celui du signifiant et celui de la jouissance. Au binaire métaphore – métonymie, qui ne prend pas en considération la jouissance, il substitue l’aliénation et la séparation. Et grâce à cette substitution, il va pouvoir introduire l’objet a dans l’opération de la causation du sujet.2

Le premier temps de l’entrée en analyse est le temps de l’aliénation, c’est aussi le temps du transfert, celui d’une supposition de savoir. L’aliénation consiste à supposer que notre plainte symptomatique recèle un sens, un savoir qui nous échappe. Nous faisons l’hypothèse de l’inconscient.

Il faut ce premier temps, celui de l’aliénation pour instaurer le transfert dont le pivot est la supposition de savoir.

L’aliénation produit ce mouvement vers la signification qui inaugure le champ de l’Autre comme lieu du sens. S’il n’y a pas d’appel à la signification, il n’y a pas d’entrée en analyse.

  1.  Lacan, J., Le Séminaire, livre xi, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse [1964], texte établi par Jacques-Alain Miller, Paris, Seuil, coll. Champ freudien, 1973, p. 186 et suivantes.
  2. Miller, J.A., 1,2,3,4, Séminaire inédit, leçon du 28/11/1984.